Consultation infirmière en vue d’améliorer la prévention et le dépistage des maladies chroniques

Consultation infirmière en vue d’améliorer la prévention et le dépistage des maladies chroniques

Samuel Stipulante

Question clinique

L’utilisation de l’intervention BETTER-HEALTH (une consultation centrée sur la prévention et le dépistage des maladies chronique menées par des infirmier/ères en santé publique spécialement formée) permet-elle d’augmenter à 6 mois le nombre d’actions de prévention et dépistage des maladies chroniques basées sur les données probantes dans les populations adultes ayant un désavantage socio-économique ?

Conclusion de Minerva

Cet essai clinique contrôlé randomisé en grappe, originale et pertinente bien que limitée par des biais (principalement de sélection et de désirabilité sociale), montre une augmentation moyenne des actions de prévention et de dépistage des maladies chroniques au sein d’une population socio économiquement défavorisée 6 mois après une consultation menée par des infirmier/ères formés à l’aide de l’intervention BETTER-HEALTH.

Que disent les guides de pratique clinique ?

Bien que nombreuses recommandations aient été réalisées à ce jour sur la prévention et le dépistage des maladies chroniques, ces dernières sont généralement spécifiques à la pathologie étudiée. Le KCE a émis une série de recommandations génériques en 2012. Voici les principales recommandations en lien avec l’analyse : 
* développer et mettre en œuvre un travail d’équipe multidisciplinaire 
* instaurer et reconnaître de nouveaux rôles et fonctions dans les soins de santé de première ligne (Pour exemple : l’infirmier de pratiques avancées) tout en assistant le médecin généraliste dans la gestion des cas complexes 
* réaliser des activités de dépistage précoce : les médecins généralistes et autres soignants doivent disposer de vastes compétences de détection, en vue du dépistage précoce des affections chroniques 
* soutenir l’« empowerment » du patient : les professionnels de la santé doivent être sensibilisés au rôle de partenaire des patients et aidants informels et développer leurs aptitudes, des programmes d’intervention et des outils ; ces derniers doivent également intégrer dans les soins de routine aux malades chroniques des attitudes et actions visant à l’« empowerment » des patients. 

Ajouter un commentaire